Publié par 19 janvier 2021 - 1:59 ,

Lors du prochain conseil communal, Guillaume Soupart et Mathieu Veltri (MeM) interrogeront Maxime Pourtois (PS), Échevin en charge des parkings et du stationnement, au sujet des bornes de recharge et des emplacements réservés aux véhicules électriques.

En effet, les Belges ne seraient visiblement pas encore prêts à la transition vers les véhicules électriques. Selon l’institut Vias, seul un Belge sur cinq envisagerait d’acheter un tel véhicule d’ici trois ans (24 % à Bruxelles, 20 % en Flandre et seulement 17 % en Wallonie).

Les Belges à la recherche d’incitants financiers et de bornes

Selon cet institut, les principaux freins au changement de mentalité résident au niveau du portefeuille des potentiels acheteurs : 

  • 36 % des citoyens sondés estiment que les véhicules électriques sont encore trop chers ;
  • 30 % accepteraient d’acheter un électrique s’ils bénéficiaient de primes à l’achat ;
  • 24 % pourraient être tentés si les taxes de mise en circulation et de circulation étaient réduites, voire supprimées.

« Les Belges sont à la recherche d’incitants financiers et cela ne relève donc pas de nos compétences communales. » précise Mathieu Veltri. « Toutefois, parmi les autres incitants qui pourraient pousser à l’achat, figure la multiplication des bornes de recharge (notamment rapides). Des efforts au niveau de l’infrastructure sont à fournir. Mais aussi en termes d’information. »

Les Wallons à la traine par rapport à nos voisins

Dans une étude publiée en janvier 2020 par Transport & Environment, la fédération européenne pour le transport et l’environnement, la Wallonie est mentionnée une seule fois et ce, pour son manque de chargeurs rapides comparativement au reste de l’Europe occidentale. Par ailleurs, on constate que 44% des chargeurs belges ne sont pas accessibles au public 24h/24 et 7j/7, ce qui est au-dessus de la moyenne européenne. « Ces chargeurs peuvent être qualifiés de « semi-public » car ils servent principalement à des commerçants et entreprises d’attirer des clients et partant, ne sont disponibles qu’aux heures d’ouvertures de ces derniers. » explique Guillaume Soupart qui estime que ces chargeurs sont bénéfiques pour augmenter le maillage de bornes sur le territoire. Le conseiller ghlinois ajoute à l’adresse de l’Échevin : « Si la Wallonie est à la traine, que pensez-vous de faire de Mons une ville-pilote en la matière ? »

Mathieu Veltri, qui travaille dans un garage à Havré établit un constat : « Mons compte 22 points comportant un nombre variable de bornes de recharge selon chargemap.com. Le centre-ville dispose de 11 places réservées aux véhicules électriques (Parkings de la Grand Place et de la Halle et place Nervienne). Les 19 communes du Grand Mons sont loin de toutes disposer de bornes. Pourtant, cela peut constituer un atout pour attirer des touristes et inciter les utilisateurs de voiture électrique à se rendre dans le centre-ville et consommer dans nos commerces. »

Les deux conseillers Mons en Mieux pensent que la situation peut être améliorée notamment via des partenariats avec les opérateurs privés afin d’intégrer cette technologie du futur dans notre Ville. Ils demanderont également si une augmentation du nombre de places et des capacités des bornes existantes est à l’agenda du Collège communal.

Mathieu Veltri & Guillaume Soupart

La presse en parle !

La DH